En conscience je refuse d’obéir : Résistance pédagogique pour l’avenir de l’école PDF, EPUB

Lorsque les puissants utilisent leur position pour intimider les autres, nous perdons tous.


ISBN: 2917088044.

Nom des pages: 267.

Télécharger En conscience je refuse d’obéir : Résistance pédagogique pour l’avenir de l’école gratuitement. Livres disponibles dans ces formats pdf, epub, ebook, mobi.

Le mouvement des enseignants désobéisseurs, qui a surgi à l’automne 2008, est totalement inédit dans sa forme comme dans sa dimension.
Tout est parti de la lettre d’Alain Refalo, adressée à son inspecteur et intitulée En conscience, je refuse d’obéir ! Comme secoués par un électrochoc, des milliers de professeurs des écoles ont, à leur tour, informé leur hiérarchie par voie de lettres, personnelles ou collectives, qu’ils entraient en désobéissance ouverte contre des réformes néfastes et qu’ils en assumaient les conséquences. En effet, cette résistance dite  » pédagogique  » s’est cristallisée sur de lourds dispositifs autoritairement imposés par le Ministre ; ceux-ci ont profondément heurté la conscience de nombreux enseignants qui réalisaient ne plus pouvoir participer par leur silence complice, ou leur coopération active, à ce qu’ils estimaient être la déconstruction de l’école publique.
Ce mouvement se poursuit et s’enracine. Cet ouvrage se veut une contribution pour mieux comprendre le sens et la portée de ce mouvement. Il analyse les réformes qui menacent aujourd’hui l’école de la République, et y répond par des actions et des contre-propositions étayées par la pratique des enseignants. Véritable manifeste établi par celui qui a initié cette résistance, ce texte argumenté et engagé s’adresse tant aux enseignants du primaire qu’aux parents d’élèves et aux citoyens soucieux de l’avenir de l’école publique.
En conscience, je refuse d’obéir est un plaidoyer contre la fatalité et la résignation, un vibrant appel non-violent à l’insurrection des consciences ; il ne s’agit ni plus ni moins que dessiner et construire un avenir pour l’école, non pas sous le signe de la compétition et de la rentabilité, mais aux couleurs de la générosité et de l’espérance.

Alain Refalo est instituteur (professeur des écoles) à l’Ecole Jules Ferry de Colomiers (Haute Garonne).
Héritier d’une longue lignée familiale d’enseignants, il s’est cependant engagé dans ce métier plus par conviction que par tradition. Débutant sa carrière d’enseignant en 1990, cet objecteur de conscience au service militaire, devenu par la suite militant au sein du Mouvement pour une Alternative Non-violente, s’efforce de traduire dans son métier ses profondes convictions de non-violence et de paix; l’école est pour lui ce lieu préservé permettant de former des citoyens clairvoyants, libres et responsables.
Ce père de trois enfants, combatif et déterminé, a été nourri des littératures engagées de Thoreau à Martin Luther King, des combats pour les droits de l’homme et des luttes pour la justice et la paix entre les peuples. Il est aujourd’hui président du Centre de ressources sur la non-violence de Midi-Pyrénées. Malgré les sévères sanctions disciplinaires et financières dont il a été frappé, Alain Refalo demeure pleinement engagé dans un processus de résistance pour défendre l’école de la République, aujourd’hui menacée.
Il invite ses concitoyens à une prise de conscience active, résolue et collective.

Il me semble que les suspensions et les expulsions découlent des stéréotypes et des faibles attentes de nos étudiants. La plupart des grèves illégales (et légales) visent à améliorer les contrats de travail, et non à modifier les lois ou les politiques publiques. En tant que directeur du Competitive Enterprise Institute, il s’est efforcé d’éliminer un projet de loi sur le plafonnement et l’échange proposé par les sénateurs John McCain et Joe Lieberman; En 2012, lorsque l’American Enterprise Institute conservateur a tenu une réunion sur l’économie d’une éventuelle taxe sur le carbone, il a demandé aux donateurs de la supprimer.

Santelli n’est pas un critique de Wall Street, mais sa diatribe a reflété la vague de rage populiste qui a commencé avec la crise financière de 2008. Consentir au mal contre un autre, c’est devenir complice du mal lui-même. Les gens de Trump ont prétendu qu’ils avaient annulé l’invitation. La conséquence pourrait être désastreuse tant pour la coopération internationale que pour la paix.